Nouvelles recommandations de l’OMS: il faut réduire la pollution sonore des avions.

L’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé) vient de publier de nouvelles recommandations contre la pollution sonore, reconnue comme altérant la santé des personnes exposées. L’OMS précise que la pollution sonore est un risque environnemental majeur pour la santé physique et mentale et le bien être en Europe. Plus qu’une nuisance, c’est un risque pour la santé. Selon le rapport de l’OMS, le bruit excessif  est l’une des causes de maladies cardiovasculaires, il a également des conséquences sur le sommeil et peut provoquer des troubles cognitifs et une déficience auditive.

Concernant la pollution sonore liée au trafic aérien, l’OMS réévalue fortement les impacts sanitaires du bruit des avions et recommande ainsi de réduire les niveaux sonores des bruits aériens à 45 décibels (dB) car un niveau supérieur à cette valeur a des effets néfastes sur la santé des populations exposées.

Dans son communiqué de presse, le président de Bruitparif , organisme de la région Ile de France en matière de bruit, souligne que « ce rapport de l’OMS est d’une importance majeure. S’appuyant sur des preuves scientifiques, ces nouvelles lignes directrices sont un signal fort envoyé aux pouvoirs publics pour prendre enfin en compte l’importance des effets néfastes du bruit. Nul doute que ce rapport fera bouger les lignes ! ».

Commentant la forte réévaluation par l’OMS des impacts sanitaires liés aux bruits aériens (et ferroviaires), le président de Bruitparif, Didier Gonzales, précise que  » cette réévaluation ne nous surprend pas : elle ne fait que traduire un phénomène bien connu des riverains des infrastructures aéroportuaires et ferroviaires, à savoir que les bruits à composante événementielle et répétitifs comme ceux générés par les survols d’aéronefs ou les passages de trains sont particulièrement perturbants et détériorent considérablement sur le long terme la qualité de vie et la santé. »

La directrice de Bruitparif, Fanny Mietlicki relève: « Pour une personne vivant au cœur de la zone 2 du Plan de gêne sonore de l’aéroport d’Orly, comme au niveau de notre station de Villeneuve-le-Roi (Lden = 67 dB(A) et Ln = 56 dB(A)), la durée de vie en bonne santé perdue atteint désormais 29 mois, et fait plus que doubler par rapport aux précédentes évaluations proposées par l’OMS. Il en va de même en zone 3 du PGS de l’aéroport de Paris-CDG, comme au niveau de notre station de Gonesse (Lden = 63 dB(A) et Ln = 55 dB(A)), où cette durée passe de 12 à 26 mois ».

Retrouvez ici le rapport de l’OMS:   Rapport OMS

Retrouvez ici le communiqué de presse de Bruitparif:   Communiqué Bruitparif

 

Laisser un commentaire