Top infos .


Info DRAPO: « 2 millions de franciliens subissent les nuisances de l’aéroport de Paris-Orly »

VRAI.
Aux portes de Paris, 250 communes et 2 millions de franciliens subissent le bruit et la pollution atmosphérique des 650 avions quotidiens arrivant ou quittant Paris-Orly, et qui survolent, parfois à quelques centaines de mètres seulement, leurs habitations, écoles, crèches, hôpitaux, parcs et jardins.

Construit au milieu des villes, à 12 km de Paris, l’aéroport de Paris-Orly est un aéroport urbain, enclavé dans un tissu dense de 3.500 habitants au km2 et pré-existant au développement commercial de l’aéroport.
Il a fallu détruire 2 quartiers entiers des villes de Villeneuve-le-Roi et Paray-Vieille-Poste pour développer l’aéroport. Aujourd’hui, l’une des deux pistes principales de l’aéroport n’est située qu’à 500 m des premières habitations dans l’axe et à 100 m en latéral!

Pour les villes relativement éloignées de l’aéroport, les survols de plus en plus fréquents, par des avions de plus en plus gros, constituent une véritable atteinte à leur cadre de vie et à leur bien-être.
Pour les villes les plus proches des couloirs aériens de l’aéroport, les nuisances de Paris-Orly sont carrément dangereuses pour la santé des populations surexposées en continu au BRUIT (16 fois supérieure à la valeur limite réglementaire) et à la POLLUTION ( l’équivalent du périphérique parisien en oxydes d’azote) des survols d’avions à très basse altitude, toutes les 3 minutes, 17h30 par jour, 365 jours par an.
L’aéroport finit par créer des zones urbaines « ghetto de bruit » où, aux nuisances sonores et atmosphériques, s’ajoutent la dépréciation immobilière, les contraintes d’urbanisme, la ségrégation sociale, la paupérisation des quartiers urbains. Cette situation n’est plus acceptable aux portes de Paris.


Info : « 237 804 mouvements d’avions à l’aéroport de Paris-Orly »

VRAI.
237 804 , c’est le nombre de mouvements d’avions qui ont décollé ou atterri à l’aéroport de Paris-Orly en 2016. C’est 1,4 % de plus qu’en 2015 et 17,8% de plus qu’en 1990 ! En 2016, l’aéroport a dépassé les 31,2 millions de passagers payants transportés. Cela fait 650 avions, en moyenne, qui survolent quotidiennement les populations autour de l’aéroport de Paris-Orly, avec un record avoisinant les 820 mouvements sur une seule journée.

Compte tenu de l’enclavement de l’aéroport de Paris-Orly dans un tissu urbain dense et pré-existant, l’arrêté ministériel du 6 octobre 1994 plafonne à 250 000 le nombre de créneaux horaires attribuables pour parvenir à 200 000 mouvements par an. On en est loin avec les 237 804 mouvements d’avions en 2016!

Avec sa nouvelle stratégie de développement à l’international, l’aéroport de Paris-Orly accroit encore ses nuisances en augmentant régulièrement le nombre d’avions Gros Porteurs, des avions encore plus bas en altitude, plus bruyants et plus polluants. En 2016, le nombre d’avions Gros Porteurs a bondi de 3,8% (par rapport à 2015).
Plus de 1000 personnes ont signé la pétition lancée par DRAPO contre l’augmentation des avions Gros Porteurs à l’aéroport de Paris-Orly.


Info : « 1 avion toutes les 3 minutes : une surexposition au bruit et à la pollution des avions qui est dangereuse pour la santé des populations survolées »

VRAI.
L’aéroport de Paris-Orly est un aéroport urbain. A ce titre, les nuisances qu’il génère sur les populations nombreuses situées autour de l’aéroport sont un enjeu de santé publique. Les 124 000 habitants des villes situées à proximité immédiate des 2 couloirs aériens de l’aéroport de Paris-Orly subissent:
– le passage d’un avion toutes les 3 minutes en moyenne
– le passage d’un avion toutes les 1 minute 45 secondes aux heures de pointe
– 17h30 par jour
– 365 jours par an

La première ville de 20 000 habitant située à 500 m du bout de la piste des avions est exposée à un niveau de bruit 16 fois plus élevé que la valeur limite réglementaire (arrêté du 4 avril 2006).

Outre le bruit, l’aéroport, de part son activité au sol et en l’air est un contributeur important de pollution pour les zones urbaines autour. Dans son étude en 2004 déjà, Airparif a montré que l’aéroport de Paris-Orly pollue autant que le périphérique parisien en oxydes d’azote (NOx) particulièrement dangereuses pour la santé.

La surexposition au bruit et à la pollution engendrée par les avions s’avère dangereuse pour la santé des populations survolées et celles de leurs enfants : perturbation du sommeil, hypertension, maladies cardiovasculaires, retards d’apprentissage chez les enfants, asthme, maladies respiratoires, décès prématurés etc…  Il est impératif que l’Etat et la région Ile de France prennent toutes les mesures nécessaires pour réduire le bruit et la pollution des avions d’Orly.


Info : « L’aéroport de Paris-Orly pollue autant que le périphérique parisien »

VRAI.
L’aéroport, de par son activité au sol d’une part et le survol des 650 avions par jour d’autre part, est un gros contributeur en matière de pollution pour les villes situées autour de l’aéroport.  L’étude Airparif menée en 2004 a montré que l’aéroport de Paris-Orly pollue autant que le périphérique parisien en oxydes d’azote (NOx), particulièrement dangereux pour la santé des populations. Le kérosène étant similaire au gazole, la pollution des avions est identique à celle des moteurs diesel voire même pire puisque les filtres à particules n’existent pas sur les réacteurs d’avions et que des additifs dangereux sont ajoutés au kérosène .

Dans son dernier rapport 2016, l’Autorité de Contrôle des Nuisances Aéroportuaires alerte l’Etat sur les Particules Ultra Fines émises par les moteurs d’avions- qui pénètrent dans l’organisme par les voies respiratoires et contaminent le sang et les organes. De récentes études menées aux Etats-Unis et en Europe autour de grands aéroports ont montré que le nombre de Particules Ultra Fines (PUF) est 3 à 10 fois plus élevé autour des aéroports (vs un niveau de pollution urbaine standard). La situation autour de l’aéroport urbain de Paris-Orly est très préoccupante pour la santé des populations des villes riveraines.

DRAPO demande aux pouvoirs publics d’appliquer l’article 181 de la loi Grenelle II du 12 juillet 2010 en restreignant le trafic aérien lors des pics de pollution afin de protéger la santé des franciliens survolés.


Info : « ADP dépense 1,6 milliard d’euros pour agrandir l’aéroport d’Orly et accroître le trafic »

VRAI.
A l’heure où de nombreuses métropoles mondiales et européennes construisent leurs aéroports en dehors des villes et délocalisent entièrement ou partiellement leurs anciens aéroports urbains. Paris-Aéroport (anciennement ADP) investit, avec l’accord de l’Etat, 1,6 milliard d’euros pour réaliser des travaux gigantesques visant à agrandir et à augmenter le trafic à l’aéroport de Paris-Orly. C’est trois fois le montant nécessaire pour la construction d’un nouvel aréroport ex-nihilo!

Les travaux comprennent:
la construction d’une troisième aérogare de 80.000 m².
la construction d’une jetée Est spéciale Gros Porteurs de 12.000 m².
la déconstruction et reconstruction complète des pistes.
le développement du trafic à l’international avec une augmentation des Gros Porteurs.

DRAPO se bat pour que ces travaux n’entraînent pas une nouvelle augmentation des nuisances subies par les populations survolées.


Info : « Le trafic aérien mondial va doubler d’ici 15 ans »

VRAI.
Le trafic aérien se développe et connaît une forte croissance depuis plusieurs années, + 5% par an, en nombre de passagers. Il est prévu un DOUBLEMENT DU TRAFIC aérien mondial d’ici 15 ans.
Or l’Ile de France avec ses 10 millions d’habitants, concentre déjà la moitié du trafic aérien national. De nombreux rapports parlementaires alertent les pouvoirs publics sur l’impact sanitaire très critique du niveau et de la concentration des nuisances (bruit, pollution…) dues au trafic aérien sur des millions de franciliens.

DRAPO se bat pour que l’Etat mette en place une nouvelle stratégie aéroportuaire pour l’Ile de France, au regard de l’augmentation annoncée du trafic aérien, laquelle ne saurait être supportée par les riverains de l’aéroport urbain de Paris-Orly.

 

Laisser un commentaire