Pollution et santé

 Nous choisissons de fumer, pas de respirer un air pollué…

 

La pollution de l’air tue. Elle est même la 3ème cause de mortalité en France derrière l’alcool et le tabac.

 

Effets sur la santé des principaux polluants générés par les avions

Les principaux polluants générés par l’aviation ayant un effet avéré sur la santé sont les suivants:
(tableau extrait du rapport 2015 ACNUSA)

Les Particules Ultra Fines émises par les moteurs d’avion potentiellement très dangereuses pour la santé

Les oxydes d’azote (NOx) et les particules fines et ultra fines sont les principales sources de pollution liées, entre autre, au trafic aérien et à l’activité au sol des plateformes aéroportuaires.

Dans son dernier rapport 2016, l’Autorité de Contrôle des Nuisances Aéroportaires (ACNUSA) alerte les autorités sur les Particules Ultra Fines émises par les moteurs des avions et leurs effets potentiellement très nocifs sur la santé des populations.

Les Particules Ultra Fines (PUF) émises par les moteurs d’avion auraient tendance en moyenne à être plus petites (diamètre moyen compris entre 10-16 nm) que celles émises par les moteurs à combustion diesel / essence standard (diamètre moyen compris 10-300 nm), et plus élevées en nombre.

Or plus les particules sont petites (nano-particules) plus elles peuvent pénétrer dans l’organisme à travers les voies respiratoires et toucher le sang et les organes comme le coeur ou le cerveau.

La distribution en taille des particules va être dépendante de différents facteurs, tels la motorisation de l’aéronef, le kérosène utilisé, la poussée « moteur » et les conditions environnementales. Les taux d’émissions en PUF augmentent avec la poussée « moteur » : la phase qui émet le plus de PUF  est la phase de décollage (poussée et durée de la phase importante).

De récentes études menées autour de grands aéroports aux Etas-Unis et en Europe ont montré que les concentrations de Particules Ultra Fines autour des aéroports sont 3 à 10 fois plus élevées que la concentration d’un fond urbain standard (qui n’est déjà pas un air pur!).

 

Il est urgent que les pouvoirs publics se décident enfin à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé de tous les franciliens exposés à la pollution de l’air, y compris les populations survolées quotidiennement et parfois à très basse altitude par les avions.

Ainsi DRAPO demande aux pouvoirs publics d’appliquer l’article 181 de la loi Grenelle II du 12 juillet 2010 en restreignant le trafic aérien lors des pics de pollution afin de protéger la santé des franciliens survolés.

Laisser un commentaire