COMMUNIQUE DE PRESSE – DRAPO- 13 juin 2018

Le bruit des avions:
un danger avéré pour la santé des riverains des aéroports.

 

Dans son bulletin du 12 juin 2018, l’agence sanitaire «Santé publique France» publie les résultats d’une étude longitudinale individuelle française qui montre que le bruit des avions, en particulier la nuit, favoriserait le risque d’hypertension artérielle chez les hommes habitant près d’un aéroport.

 

Ainsi les premiers résultats de l’étude française DEBATS (Discussion sur les Effets du Bruit des Aéronefs Touchant la Santé), montrent qu’ « une augmentation significative du risque d’hypertension artérielle est observée chez les hommes (…) pour une augmentation de 10 dB(A) de l’exposition au bruit des avions pendant la nuit». Si le même effet n’est pas observé chez les femmes, l’étude conclut que «ces résultats confirment ceux de la plupart des études antérieures (…) L’hypertension artérielle étant un facteur de risque établi de maladie cardiovasculaire, cette association serait également un facteur de risque de maladies cardiovasculaires. » L’étude indique également que «des études observationnelles et expérimentales ont montré que l’exposition au bruit pendant la nuit modifie la structure du sommeil et provoque une augmentation de la pression artérielle, de la fréquence cardiaque, des niveaux des hormones de stress et du stress oxydatif, ce qui peut entraîner une dysfonction endothaliale et de l’hypertension artérielle».

 

Il n’y a plus de doute, le bruit des avions, est un danger avéré pour la santé des riverains des aéroports. En 2016, l’ACNUSA* écrivait même «Aujourd’hui plus personne ne conteste qu’à certains niveaux, le bruit engendre du stress, une baisse des performances, de l’hypertension, et participe à la dégradation de la qualité du sommeil».

 

Avec une densité de 3500 habitants par km2 à proximité immédiate des pistes de l’aéroport de Paris-Orly, il est urgent de baisser les nuisances sonores de cette plateforme qui sont un enjeu de santé publique, considérant que:
– le bruit moyen des avions constaté en ville est jusqu’à 16 fois** supérieur à la valeur limite réglementaire
– le nombre d’avions la nuit (entre 22h et 6h), est le plus élevé de France après Roissy et a encore bondi de 21,9% *** en 2016 malgré un couvre-feu (23h30-6h).

 

Aussi le réseau DRAPO demande aux autorités de protéger la santé des populations riveraines d’Orly et de prendre les mesures nécessaires pour:
augmenter le couvre-feu d’1h (23h-6h30), pour un sommeil de 7h30 (proche des 8h recommandées par l’OMS) – seuls quelques créneaux horaires journaliers à déplacer.
interdire les survols d’avions très bruyants après 22h.

 

*Autorité de Contrôle des Nuisances Aéroportuaires
** Mesure Bruitparif – station de Villeneuve-le-Roi- chiffre 2017 en dB Lden
*** Rapport ACNUSA 2017- 12 505 vols de nuit en 2016 vs 10 262 en 2014.

Laisser un commentaire