Les procédures d’atterrissage

La procédure d’atterrissage en configuration ouest (c’est-à-dire survol de la région est d’Orly) est également soumise à un VPE (voir représentation graphique et carte aérienne).

Ce volume est très étroit, passe au dessus de communes plus au nord-est que celles qui sont partenaires d’AVEVY, donc générant assez peu de gêne pour une grande partie de nos adhérents et sympathisants. Seul le quartier de Grosbois au nord d’Yerres est réellement concerné.

procedures-datterissage
procedures-datterissage

Les communes de Villeneuve le Roi, Villeneuve Saint Georges, Valenton et Boissy Saint Léger sont cependant largement survolées.

Les déviations sont tout à fait exceptionnelles (inexistantes ces dernières années) car les approches se font au moyen d’un ILS (Instrument Landing System) très précis, qui « capte » les avions dès 3.000 pieds (900 m) au moins de hauteur au sol, c’est-à-dire à quelques 17 km du seuil de piste. Ce système conduit les avions dans un couloir très étroit, large de quelques centaines de mètres seulement (1.600 m au point d’entrée à environ 17 km du « touch-down », et 450 m à 2.5 km de celui-ci). La tendance actuelle est de tenter l’interception systématique par l’ILS à 4.000 pieds (1.200 m) pour apporter encore plus de précision dans la procédure d’approche, et ainsi permettre une descente continue, sans remise de gaz, ce qui contribue à une sérieuse réduction des nuisances sonores.

Mentionnons enfin les essais actuels « d’approche en descente continue » (CDA), qui permet de retarder le début de la descente depuis l’altitude de croisière (moindre bruit, gain de temps de vol, régime moteur ralenti, économie de carburant, moins de gaz à effet de serre et de pollution, le tout par rapport à une descente en paliers, spécialité bien française).

Pout tout savoir sur les CDA et, par la même occasion, un interveiw de Patrick Gandil, directeur général de la DGAC :

mdd tv Aviation : la descente continue
envoyé par developpement-durable. – Regardez les dernières vidéos d’actu.

DRAPO  ne fait donc pas de suivi systématique (étant donnée l’absence de déviations !) des atterrissages sur VITRAIL, mais en a la possibilité. L’association l’a d’ailleurs déjà fait et peut encore le faire à la demande spécifique d’associations ou de riverains directement concernés par ces procédures.

Laisser un commentaire